in camera

Vous ne verrez pas la guirlande sous les platanes du 14 juillet
Vous ne verrez pas la rivière, la rivière et la rivière
Vous ne verrez pas le coucher de soleil sur le causse les yeux embués de larmes
Vous ne verrez pas l’autre coucher de soleil riant aux éclats
Vous ne verrez pas le linge sécher sur l’herbe
Vous ne verrez pas la morsure du chat
ni la performance musicale et le festin d’écrevisses
ni le grand tri des mois écoulés
ni les bières en terrasse
ni le dentiste aux yeux bleus
.

160718
Carte postale pour le festival Festilitt 2016

champêtre

Cet été on part vacances chez nous.

160711-1

160711-2

160711-3

160711-4

Reprendre mon blog et tenter d’en regoûter le plaisir. Je me suis tellement retrouvée dans les mots de Coline Pierré (dont je ne connais pas les textes publiés mais celui-là me donne envie d’en découvrir plus) à propos des blogs :
 » (…) j’y ai rencontré des personnes qui ont été importantes pour moi, je m’y sentais bien plus vivante, bien plus à ma place que dans la vie réelle. C’était d’ailleurs tout à fait réel : j’ai rencontré plusieurs de ces personnes, on est partis en vacances, on a arpenté des villes, correspondu, écrit des chansons, assisté à des concerts, mangé des galettes au sarrasin. Et même si aujourd’hui, on s’est presque tous perdus de vue, on a été importants les uns pour les autres à un moment. C’est ce qui compte. »
> tout l’article ici