rien de nouveau

160913-1
Tympan de Conques, détail, 10 VIII 2016

Livre entamé hier par le plus grand des hasards… je partage ici un extrait de la note de l’auteur :

« Les hommes ont toujours essayé de donner le meilleur d’eux-mêmes pour essayer de conserver une certaine beauté de la vie. Une certaine beauté naturelle…
Enfin, comme la question du nationalisme est évoquée indirectement dans ce roman, aux lecteurs qui désirent connaître la position personnelle de l’auteur sur ce point, je tiens à dire ceci : mon livre traite du problème, essentiel pour nous, de la protection de la nature, et cette tâche est si immense, dans toutes ses implications, à l’époque du travail forcé, de la bombe à hydrogène, de la misère, de la pensée asservie, du cancer et de la fin qui justifie les moyens, que seul un effort prodigieux de notre génie et toute la fraternité dont nous sommes capables peuvent en venir à bout. Je ne vois en tous cas guère comment on saurait laisser la responsabilité de cette œuvre généreuse à ceux qui puisent leur force politique aux sources primitives de la haine raciale et religieuse et de la mystique tribale. L’histoire de ce siècle a prouvé d’une manière sanglante et définitive […] que l’alibi nationaliste est toujours invoqué par les fossoyeurs de la liberté, qu’aucun droit de la personne humaine n’est toléré sur les voies triomphales « des bâtisseurs pour mille ans », des « géniaux pères des peuples », et des « épées de l’Islam », et qu’avec un peu d’habileté, un bon Parti au départ, une bonne police à l’arrivée et rien de lâcheté chez l’adversaire, il n’est que trop facile de disposer d’un peuple au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ».
Romain Gary, Les racines du ciel, Gallimard, 1956.